CONFERENCE-DEBAT BLOOMFIELD : LE PCA DE LA BRVM : « les marchés ont besoin des agences de notation et les agences de notation se nourrissent du développement des marchés de capitaux »

Photo de Bourse Régionale des Valeurs Mobilières.

A l’ouverture de cette conférence, Monsieur Pierre Atépa GOUDIABY, Président du Conseil d’Administration de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) s’est réjoui, par la voix du Directeur Général de l’Institution, Monsieur Edoh Kossi AMENOUNVE, de l’organisation de cette conférence. Il a remercié « les initiateurs de cette conférence de haut niveau qui montrent encore une fois que les sujets de développement de notre continent doivent être débattus chez nous et par nous à travers des foras de ce type ».
Il a rappelé que l’existence des agences de notation trouve sa pertinence dans le fait que tous les investisseurs sur les marchés ne disposent ni du temps, ni de la capacité d’analyse du flot d’informations disponibles encore moins la capacité d’évaluer le risque de crédit d’une entreprise. Elles permettent aux investisseurs de disposer collectivement d’une information simple, lisible et synthétique sur le risque de défaillance d’un émetteur d’instrument financier sur les marchés de capitaux.
 » Les marchés ont besoin des agences de notation et les agences de notation se nourrissent du développement des marchés de capitaux » a-t-il conclu.
Pour le Ministre auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des finances, Monsieur Adama KONE, qui présidait la Conférence, « la notation financière peut être appréhendée comme une opinion indépendante émise par une agence sur une entité, à partir d’une analyse rigoureuse et exhaustive de paramètres de risques-crédit susceptibles d’avoir un impact sur la capacité de celle-ci à faire face à ses obligations financières ». Avant d’indiquer que « la notation financière s’avère nécessaire pour hisser le jeune marché financier régional de l’UEMOA au niveau des marchés compétitifs et attirer encore plus d’investisseurs ».
Quant à Monsieur Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, initiateur de la conférence, il a exhorté les pays africains à recourir à la notation financière qui constitue un outil permettant d’orienter les investisseurs. Monsieur ZEZE, qui a relevé le pari de la notation financière en Afrique francophone, a indiqué que l’agence de notation doit être indépendante, faire preuve de confidentialité et disposer d’analystes compétents, capables d’anticiper sur les mouvements sur le marché.
Trois panels ont ensuite meublé cette journée sur des thèmes de haut niveau. Il s’agit de : « Impact de la notation financière sur les marchés de capitaux africains »,  » Impact de la notation financière sur l’économie réelle des pays africains » et  » Importance de l’intelligence économique dans l’investissement en Afrique « .
Monsieur AMENOUNVE est intervenu dans le premier panel avec Messieurs Aurélien Mali (MOODY’S), Adrien DIOUF (Agence UMOA-Titres) et Stanislas ZEZE (Bloomfield) sous la modération de Mme Kadidiatou FADIKA-COULIBALY.